30/09/2015

JAMES DEAN - Le dernier géant ( The last Giant ) Documentaire .

 



Au moment où l'acteur s'apprête à croiser la Ford, le conducteur de celle-ci braque à gauche pour tourner dans la départementale 41. James Dean a le coeur qui lui monte dans la bouche. Mais qu'est-ce qu'il fout, ce débile ? Il est aveugle ? Il tente une ultime manoeuvre de pilote de course pour éviter la voiture qui lui coupe la route. Trop tard ! Sa Porsche heurte de plein fouet la Ford de Turnupseed. Sous la violence du choc, elle décolle du sol avant de retomber dans un fracas épouvantable. Éjecté du véhicule, Rolf s'écrase sur le bitume, la mâchoire brisée et la jambe cassée. Le conducteur de la Ford s'en tire avec seulement des contusions. Il sort de la Ford en gueulant : "Je ne l'ai pas vu ! Je ne l'ai pas vu !" Prisonnier de la ferraille, James Dean est mort sur le coup. Il a 24 ans. Jimmy a les pieds coincés dans les pédales de frein et d'embrayage. Son thorax et son crâne sont enfoncés, son cou brisé. Ironie du sort, deux semaines plus tôt, il tournait un spot publicitaire pour la sécurité routière. " Soyez prudents sur la route, la vie que vous sauverez sera peut-être la mienne", disait-il.

Propulsé au firmament des stars

Depuis la mort de sa mère en 1940, le petit Jimmy Dean a la rage au ventre, il ne rêve plus que d'une chose : réussir tout ce qu'il entreprend. Son père ne pouvant pas l'élever, il est envoyé chez son oncle et sa tante. À l'école, il se passionne très tôt pour le théâtre et, lorsqu'il retourne vivre avec son père à 18 ans, il décide d'en faire son métier. Colère du paternel. Jimmy se tire pour s'installer chez son pote William Bast. Il vit alors d'expédients, suit des cours... En décembre 1950, il tourne une pub pour Pepsi. Il s'accroche à son rêve, écume tous les castings possibles, tourne dans un tas de séries télé, joue dans des pièces de théâtre, jusqu'en 1954, quand il est repéré à Broadway dans L'immoraliste d'André Gide par le grand Elia Kazan en personne !

Le cinéaste lui offre le rôle de Cal Trask dans À l'est d'Eden, d'après John Steinbeck. À la sortie du film, l'inconnu James Dean est immédiatement propulsé au firmament des stars. Dès lors, on lui prête d'innombrables aventures avec le Tout-Hollywood, aussi bien avec des hommes qu'avec des femmes : son ami William Bast, Rogers Brackett, Liz Sheridan, Geraldine Page, Pier Angeli et Ursula Andress - encore inconnue. Homo ? Hétéro ? Bi, en réalité. Une vraie star, quoi. Le voilà submergé de propositions de films, alors qu'il est déjà en train de tourner un second film avec Nicholas Ray, La fureur de vivre, promis au carton. Il s'offre sa première Porsche, une 356 Speedster, avec laquelle il s'amuse comme un petit fou à semer les flics dans les rues de Los Angeles. Il commence à participer à des courses automobiles, qu'il gagne ! Pas le temps de s'endormir au volant, il enchaîne illico avec Géant de George Stevens.

Le contrat signé avec la Warner stipule que, pendant toute la durée du tournage, il lui est formellement interdit de participer à des courses de voitures. Imaginons que ce cinglé du volant se tue avant de finir le film... Alors, niet ! Régime sec, pas de bagnole jusqu'à la fin ! Comme si on obligeait Depardieu à ne plus toucher à une bouteille d'alcool ! Une torture pour lui. D'autant qu'il ne peut sacquer personne sur le tournage, hormis Liz Taylor. Surtout pas Rock Hudson (voir éphéméride du 25 juillet), avec sa gueule de jeune premier. Géant, c'est le bagne. Alors, quand le tournage se termine, il ne pense qu'à s'enfuir pour retrouver l'ambiance des circuits.

En route vers la gloire

Le 30 septembre 1955, après une nuit blanche, Jimmy court récupérer son dernier joujou : une Porsche 550 Spyder, acquise une dizaine de jours plus tôt chez Competition Motors. Sa Porsche Speedster ne lui suffit plus, maintenant qu'il est passé professionnel. Cette nouvelle bagnole est un véritable avion de chasse de 110 chevaux atteignant 220 kilomètres à l'heure. Que du bonheur. François Fillon le félicite... En prime, la caisse a de la gueule, avec sa robe gris argent et le numéro 130 - le numéro fétiche de l'acteur - peint en noir sur le capot et les portières. Dean l'a baptisée "Little Bastard", la petite garce.

Initialement, le bolide devait être mis sur un camion jusqu'à Salinas, mais à la dernière minute, Dean change d'avis. Les 500 kilomètres entre Los Angeles et le circuit lui permettront de se faire la main avec sa nouvelle monture. Peu après 13 heures, il s'installe dans le cockpit rutilant avec Rolf Wüutherich, son mécano. Little Bastard prend la route, suivie par un break Ford où se trouvent son ami le photographe Sanford Roth et Bill Hickman, un autre féru de bolides. Vers 14 h 30, ils s'arrêtent pour avaler un café et quelques donuts dans un snack. La bonne humeur règne, le temps est superbe. Sanford, armé de son Nikon, mitraille son ami. Du flair ?

Jusque-là, Dean roulait pépère, mais maintenant, fini de rigoler. Il veut voir ce que sa caisse a dans les tripes. Le compteur s'affole. À 15 h 30, il se fait pincer par les flics de Grapevine pour excès de vitesse. Il signe sa contravention, son dernier autographe... Après une dernière halte vers 17 heures pour boire un Coca dans une station-service, James Dean colle le pied au plancher. Le break de ses amis disparaît dans son rétro. En route vers la gloire, il se voit déjà à l'arrivée de la course de Salinas : "And the winner is... James Dean." Il met la gomme. Il se croit invincible. Petit con...

"Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre"

À 17 h 45, c'est donc la collision fatale, la fin du rêve de James Dean. "Je ne l'ai pas vu ! Je ne l'ai pas vu !" répète cet imbécile de Donald Turnupseed qui vient de lui barrer la route. C'est vrai, Dean roulait vite, tous phares éteints, sa voiture était basse. Dans la lumière du crépuscule, la peinture métallisée a dû se fondre dans l'horizon, invisible. Le compteur de la Porsche, cassé, indique 170 km/h... L'étudiant est dévasté, il vient de tuer un homme, et pas n'importe qui. Toute sa vie, il craindra les représailles des fans.

Quand Jack Warner, des studios Warner, apprend la nouvelle, il se décompose. Pas que son poulain lui manque déjà, mais surtout parce qu'il possède deux films avec James Dean sur ses étagères, dont un, La fureur de vivre, avec cette fameuse scène de la course de bagnoles, absurde, justement, censé sortir dans quelques jours. Il se demande bien qui voudra se rendre au cinéma pour regarder un cadavre. Pourtant, le film fait un carton, donnant naissance à un mythe planétaire. James devient le héros rebelle aux cheveux ébouriffés, en tee-shirt blanc et en blue-jeans, l'éternelle cigarette posée nonchalamment au coin des lèvres, l'icône de toute la jeunesse des années 1950 en plein désarroi. Il est même nommé deux fois aux Oscars à titre posthume, un record, pour À l'est d'Eden et Géant, sortis un an après sa mort. Ne disait-il pas lui-même "vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre" ? Voilà qui est fait. Après sa mort, les lettres de fans arrivent par milliers chez Warner Bros Studios et, pendant quelques années encore, des fan-clubs se créent à travers le monde, sa pierre tombale est volée à plusieurs reprises. James Dean reste un des acteurs qui rapportent le plus d'argent avec ses droits dérivés.

Quant à Little Bastard, qu'est-elle devenue ? Un fan de l'acteur la rachète après l'accident et ne connaît que des déboires avec elle : des blessés, des incendies, des accidents et même encore un mort... Jusqu'à ce jour de 1959 où, après une dernière exposition dans le cadre de la prévention routière, elle se brise sans raison en onze morceaux. Pour s'en débarrasser, son propriétaire l'expédie à Los Angeles. Mais la Porsche n'y parvient jamais, disparaissant mystérieusement de son conteneur durant le transport. Personne ne l'a jamais revue depuis... Petite garce !

images.jpg

 Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.